Big Five polonais 2020 - partie 1

Big Five polonais 2020 - partie 1

Partagez:

En décembre 2018, notre bon client Keld nous a contacté et demandé si nous pouvions organiser une chasse aux BIG FIVE de Pologne pour lui et son fils. Nous pensions tout de suite - Pourquoi pas? Nous avons pensé que l'idée était vraiment géniale. Nous l'avons acceptée volontiers. Après presque deux ans de préparation, le premier jour de chasse est enfin arrivé et le 27 septembre, Keld et Benjamin sont venus en Pologne pour réaliser leur rêve d'obtenir 5 espèces différentes pendant une seule chasse. Notre objectif était le double BIG FIVE, c'est-à-dire 2 x cerfs, 2 x dains, 2 x brocards, 2 x sangliers et 2 x mouflons.

Le lundi (28 septembre) à 5:00 h du matin, nous partons, pleins d'enthousiasme, pour la première sortie. Puisque la saison des chasses aux brocards est sur le point de se terminer, nous n'avons que 2 jours pour tirer des brocards. Et c’est notre priorité.

La matinée s'annonce optimiste. Toujours dans l'obscurité, nous nous asseyons au mirador espérant de voir un cerf, car pour voir des brocards c’est encore trop sombre. Nous observons un beau lever de soleil. Grâce à la thermovision, en lisière de forêt on aperçoit quelques cerfs et quelques biches. Mais le brouillard trop épais nous empêche de tirer. Quand le brouillard se dissipe tout doucement, les cerfs ne sont plus là. Alors nous prenons la decisions de retourner à la voiture et commencer à chercher des brocards. La recherche ne dure pas longtemps. Sur le champ, parmi des gerbes de céréales bien rangées, on voit un brocard. Il ne bouge pas et il semble être calme. Nous tirons. Mais malheureusement nous tirons vers la gigue et le brocard s'enfuit. Il n’y a pas de sang. Par contre nous sommes sûrs de bien tiré. Alors nous amenons le chien de sang qui nous attends dans la voiture et le laissons commencer sa propre recherche. Une heure et demie plus tard, on termine de recherche avec succès. On retrouve notre brocard qui a marché environ 2 km de la place de tir. Ce qui mérite d'être souligné – c’est le fait que c’était la première poursuite du chien après un animal vivant et notre petit ami a fait bien son travail.

La matinée a été longue, car nous avons passé environ 5,5 heures dans à la chasse. Mais c'était vraiment très excitant. Nous avons hâte de faire la prochaine sortie.

La sortie du soir, nous commençons vers 16h30 par une approche, mais cela n'apporte pas les résultats voulus. Ainsi on decide de passer au mirador pour chasser les cerfs et les sangliers. Nous voulons y rester toute la soirée. Avant le coucher du soleil, il commence à pleuvoir. Et chaque minute, il pleut de plus en plus fort.

Tout d’un coup, au long de la lisière de la forêt on apercoit un gorupe de cervidés - 3 cerfs et une biche. On estime qu’un des cerfs peux peser +/- 6 – 7 kg. Il convient donc parfaitement à nos préférences. Mais faire un tir précis est rendu difficile par le fait qu'il ne s'arrête pas un instant, mais suit la biche assez rapidement. Avec un peu de déception, on ne se décide pas de tirer.

Il pleut encore plus fort et après un certain temps, quelques sangliers apparaissent sur le pré. Nous tirons vers un gros solitaire qui tombe après le tire et ne se lève pas.
Notre mirador est remplie d'excitation car c'est le premier sanglier vers lequel Benjamin tire.
Au bout d'un moment, nous descendons du mirador pour chercher la voiture. Mais après avoir atteint la prairie, il s'avère que le sanglier est... parti! Nous cherchons le sanglier sous une forte pluie et avec l'utilisation de thermovision, nous enlevons même le chien de sang, mais la recherche se termine par un échec. On ne voit pas ni sanglier, ni même la moindre trace de celui-ci.

La recherche prend environ une heure et demie et il se fait très tard, nous décidons donc de revenir le lendemain alors qu'il fait déjà jour, et maintenant nous retournons à l’ hôtel.

Le deuxième jour de chasse, nous commençons à 5:00 h du matin. Toujours dans l'obscurité, nous atteignons le mirador, où nous attendons le lever du soleil. Mais à part d’une biche et d’un faon, nous ne voyons rien qui vaille plus d'attention.

Il a plu toute la nuit et il pleut toujours, donc le temps n'est pas propice à la chasse. Malgré cela, après avoir quitté le mirador, nous décidons de commencer la recherche des brocards. On rencontre une chevrette avec un chevrillard, mais après un certain temps, nous parvenons à localiser un brocard. Il est gris de vieillesse, assez faible et nous ne décidons pas donc pas de le tirer.

Le deuxième chasseur avec son guide, ils ont, en même temps, est un peu plus chance. Ils parviennent à obtenir un petit borcard. Cela signifie que nous avons déjà 2 brocard abattus sur notre compte, donc une partie de notre plan est fait.

Une fois la chasse terminée, nous retournons à l'endroit où la veille nous avons tiré vers le sanglier. Mais la pluie a effacé toutes les traces et l'expédition se termine par un fiasco.

Le temps n'est toujours pas favorable pour nous - il pleut toute la journée. Mais jusqu'à présent nous avons vu pas mal de gibier - 9 sangliers, 4 cerfs, quelques brocards, biches, faons, chevrettes et chevrillards. Par contre nous n'avons pas de chance avec les circonstances pour le tir, car dans la plupart des cas, il n'a pas été possible de tirer précisement ou d’effectuer une approche efficace. Chaque jour, nous découvrons des nouveaux endroits et en même temps nous retournons aux endroits où nous avons eu les meilleures chances de rencontrer le gibier souhaité. La veille, lors de la soirée, nous avons remarqué des frais fossettes déterré par les daims c'est là que nous orientons nos pas. Cette fois, nous avons beaucoup de chance - peu de temps après avoir quitté la voiture, nous remarquons deux daims et quelques biches couchés à côté de mirador vers lequelle nous nous dirigeons. Ils nous ont remarqués... Nous tombons sur la terre et après un certain temps, la situation devient suffisamment modérée pour que nous puissions nous préparer à tirer. Les émotions augmentent… car si Keld le tire, ce sera son piemier daim de sa vie. Après environ 2 minutes de préparation, nous sommes prêts et on tire… paf! Le daim a pris la balle dans l'épaule et s'en va tout doucement. Mais nous sommes sûrs qu'il ne s'enfuira pas loin. Après un certain temps de recherche, nous le trouvons allongé à environ 30 à 40 mètres du lieu du tir. L'adrénaline baisse enfin un peu et nous pouvons se contenter d'une bonne sortie.

Nous continuons la chasse dans une clairière, où nous voulons nous chasser aux sangliers et aux cerfs. Il fait déjà assez sombre, mais avant la tombée de la nuit, nous rencontrons encore deux daims et deux biches.

En raison de la pluie et de la forte couverture nuageuse, nous terminons la chasse assez tôt - vers 20:00 h - toujours plein d'émotions après avoir obtenu le premier daim de Keld.

Vous voulez en savoir plus sur notre aventure ? Lisez ici:

PARTIE 2 -> https://www.hunterpol.com.pl/fr/journal/big-five-polonais-2020-partie-2 

PARTIE 3 -> https://www.hunterpol.com.pl/fr/journal/big-five-polonais-2020-partie-3 

Et visitez la galerie -> https://www.hunterpol.com.pl/fr/medias/galerie/des-big-five-de-pologne 

Image

Intéressé par la chasse avec Hunterpol?

Consultez nos offres et choisissez celle qui vous convient