Big Five polonais 2020 - partie 2

Big Five polonais 2020 - partie 2

Partagez:

En décembre 2018, nous avons été contactés par notre bon client, Keld. Il nous a demandé si nous pouvions organiser une chasse aux Big Five polonais pour lui et son fils. Pourquoi pas ? - avons-nous pensé. Et c'est ce qui s'est passé. Lisez la 2ème partie de notre aventure ici.

Le matin est brumeux, nous voyons partout les effets de plusieurs jours de pluie. Cependant, il a finalement cessé de pleuvoir et il fait un peu plus chaud que la veille.

On marche 6 km, mais notre approche n'apporte pas beaucoup de résultats. Aujourd'hui, le territoire de chasse est calme et très tranquille. Le seul animal que nous rencontrons, ce matin, est un petit daim, mais nous n'essayons même pas de l'approcher, car notre priorité est désormais les cerfs et les sangliers.

Entre-temps le deuxième chasseur - comme il n'a pas encore acquis de brocard lors de cette chasse - se concentre aujourd'hui principalement sur cela. Le 30 septembre est le dernier jour de la saison des chasses aux brocards, c'est donc notre dernière chance. Malheureusement, nous n'avons pas de chance le matin. Nous nous approchons un brocard, mais au dernier moment, alors que nous sommes presque prêts à tirer, le brocard part après une chevrette et disparaît rapidement de notre vue. À part de cela, nous voyons seulement 5 ou 6 couples des chevrettes avec des chevrillards. Mais pas de brocard.

Néanmoins, nous regardons la prochaine sortie avec espoir car la météo s'améliore nettement et il y a de fortes chances qu'elle nous soit favorable dans la soirée.

C'est la dernière sortie où nous aurons une chance de tirer un brocard. Il fait assez beau - il ne pleut pas et le soleil brille donc 15 minutes après le départ, nous voyons un groupe de deux chevrettes et trois chevrillards. Malheureusement, il n'y a pas de brocard avec eux. Nous continuons donc à chercher et nous décidons de marcher pendant une heure, mais nous ne rencontrons aucun gibier.

Il commence à tarder, donc avec un léger regret, nous lâchons les recherches des brocards et nous nous dirigeons vers le mirador pour chasser les cerfs. Cependant, quand rien ne se passe jusqu'au crépuscule, nous changeons de place pour chasser des sangliers. Après un certain temps, quelques minutes après 20:00 h, à côté droit du mirador, nous voyons 4 sangliers qui se dirigent vers la forêt, mais nous les remarquons trop tard pour pouvoir tirer. Les sangliers disparaissent dans la forêt, mais nous continuons à chasser et restons au mirador. Notre patience est récompensée après environ 45 minutes, lorsqu'un groupe de sangliers réapparaît de la forêt. Cette fois-ci, nous avons l'occasion de tirer – la balle touche le sanglier, mais il s'échappe vers le bois. Nous avons peur de répéter la situation précédente, donc nous emmenons immédiatement le chien avec nous, qui trouve bientôt notre sanglier à environ 100 mètres du lieu du tir, allongé à l'orée de la forêt.

C'est le premier sanglier de Benjamin de sa vie - le chasseur est baptisé et devient chevalier de St. Hubert.

On finit la journée encore une fois tard, mais en très bonne humeur et plein d'énergie pour la suite de la chasse.

Le suivant jour de la chasse… Le matin, il pleut, mais ce n'est pas assez intense pour rendre la chasse difficile. C'est un autre jour où nous decidons de se concentrer sur l’approche et la vérification des endroits qu’on connait déjà bien. Les broussailles de la forêt sont assez denses, nous nous arrêtons donc pratiquement tous les 50 mètres pour vérifier à travers les jumelles s'il y a un cerf qui se cache entre les arbres.

Enfin, nous rencontrons deux jeunes cerfs - l'un d'eux a des vraiment beaux et remarquable bois. Nous tirons, mais c'est un tir rate. Malheureusement, les cerfs étaient un peu trop loin pour bien tirer et il n'était pas possible de se rapprocher.

Malgré l'attitude positive et l’approche d'environ 5 - 6 km, la matinée n'apporte plus de chances pour des tirs suivants. Nous planifions donc déjà notre sortie du soir qui sera avant-dernière sortie dans ce club de chasse. Et de plus en plus souvent nous pensons au club de chasse situé au sud de l'endroit où nous sommes maintenant, où notre but sera d’abattre les mouflons.

Dans la soirée, nous sommes prêts à nous asseoir dans le mirador, pour attendre les cerfs, qui se trouve au pittoresque croisement de deux routes forestières densément envahies par la végétation. Nous avons de la chance, car malgré le temps nuageux, il fait de beau et il ne pleut pas. Déjà vers 18:10 h, sur le côté droit du mirador, on entend le bruit des brindilles cassées. On n'attend pas longtemps, après seulement 15 minutes, les 3 cerfs assez jeunes apparaissent sur le chemin. Derrière eux, on entend de nouveau des bruits des brindilles cassées - les émotions grandissent car nous reconnaissons un groupe de cervidés que nous avons déjà rencontré. Nous attendons donc avec l’impatience la dernière pièce de ce troupeau - un beau et gros cerf. Mais soudain le crépitement s'arrête et rien d'autre ne se passe. Nous attendons encore un moment, puis nous suivons rapidement les cervidés, qui entre-temps ont déjà disparu dans les buissons. Il fait lentement nuit et il recommence à pleuvoir, mais nous nous dirigeons vers le miradore situé sur le champs du colza, où les cerfs se nourrissent souvent. Malheureusement, cette fois-ci, nous ne les rencontrons pas là-bas. L'averse et la forte couverture nuageuse - malgré la la pleine lune - rendent impossible la poursuite de la chasse.

C'est notre dernière sortie dans ce club de chasse - notre but est tirer des cerfs, car il nous les manque pour le plan des Big Five de Pologne jusqu'à present.

Après environ 5 minutes de marche - toujours dans le noir - nous entendons le rugissement d'un cerf. Il est clairement audible qu'il s'agit d'un jeune individu qui veut se montrer après la période de rut. Cependant, il fait encore très sombre (on se déplace dans la forêt uniquement grâce à des lampes de poche) et les sons viennent de trop loin pour que nous essayions de nous approcher.

Après environ 20 minutes de marche, nous nous asseyons dans le mirador, où nous restons pendant environ 40 minutes jusqu'au lever du soleil. Aucun cerf n'apparaît à notre vue, nous descendons donc de mirador et après environ 45 minutes de marche, nous remarquons un cerf couché dans l'herbe. Nous essayons de nous approcher - pour qu'il ne nous remarque pas - mais lorsque nous atteignons un endroit d'où un tir serait possible, le cerf n'est plus là.

À la fin de la chasse, nous vérifions encore l’endroit où nous avons entendu le matin un cerf qui bramait, mais ici aussi nous n'avons pas de chance.

Malgré le temps plutôt maussade, nous finissons la chasse et nous restons positifs. On part dans les montagnes, où notre but sera de tirer des mouflons!

Vous voulez en savoir plus sur notre aventure ? Lisez ici:

PARTIE 1 -> https://www.hunterpol.com.pl/fr/journal/big-five-polonais-2020-partie-1 

PARTIE 3 -> https://www.hunterpol.com.pl/fr/journal/big-five-polonais-2020-partie-3 

Et visitez la galerie -> https://www.hunterpol.com.pl/fr/medias/galerie/des-big-five-de-pologne 

Image

Intéressé par la chasse avec Hunterpol?

Consultez nos offres et choisissez celle qui vous convient